Forums   Audios   Vidéos   Downloads   Livre d´or   Contact   Liens   Partenaires   
  Accueil   Actualité   Editorial   Interviews   Histoire   Le royaume   Administration   Communes et As.   Le Nguon   Culture   Littérature   Tourisme   Les Associations   Galeries   VIP   Communauté   Agendas   Annonces   Evénements   Projets   
02.09.2011

Ramadan 2011: Le roi des Bamoun fustige l’instrumentalisation des jeunes 

Ibrahim Mbombo Njoya, dans son adresse aux milliers de fidèles présents au mont de piété de Foumban, en a appelé à la vigilance des uns et des autres à ne pas céder aux projets de destruction du Cameroun.

L’actualité politique au Cameroun, faite des préparatifs de l’élection présidentielle de 2011, a littéralement teintée l’intervention du roi des Bamoun, à la fin de la grande prière de rupture du jeune ce mardi 30 août 2011 à Foumban. Le roi, en bon père prodiguant des conseils à ses progénitures, met en garde contre l’instrumentalisation : « vous regardez et écoutez ce qui se passe ailleurs, je vous demande de ne pas accepter qu’on utilise vos mains pour mener un combat que vous ne connaissez pas ! », a-t-il martelé. Aussi le roi des Bamoun n’a-t-il pas cessé de magnifier la paix et la stabilité, dont jouit le pays. « Si votre pays n’était pas en paix, nous ne serions pas venu à la prière. Prions Dieu Tout Puissant donc afin qu’elles soient préservées », indique le roi d’un ton grave du haut de la chaire.
La prière d’Eid El Fitr est une grande fête chez les musulmans.

A Foumban, la vielle tradition se renouvelle. 8h. le soleil tarde à se lever. Le ciel affiche un clair obscur. Les nuages se concentrent à vu l’œil. C’est la période de pluie à Foumban. Les fidèles, par milliers, bravent ce regard peu plaisant de la nature, pour s’ébranler vers le mont de la Piété, à la Montage sacrée. Sur l’axe Marché central-montagne, en passant par la mission catholique, une marrée humaine converge vers le lieu de prière. Les fidèles, vêtues de leurs habits neufs, chapelets à la main, enfants, nattes et tapis, marchent au rythme des invocations qui animent leurs lèvres. Du soulagement chez les plus grands, après 30 jours de privation, de la joie chez les plus petits, qui inaugurent leur engagement dans la pratique religieuse. 09h. Place de prière. Plusieurs milliers de fidèles sont déjà assidument assis. Les femmes ont leur cadre de prière. Au 1er rang, Momanfon Rabiation Njoya, ou Nâfon Mefire Ravoua Reana. Les fidèles arrivent et la grande cour de prière se remplit. Du haut du pupitre, c’est le chef de cabinet du roi, Nji Mfekam, qui donne lecture des contributions des mosquées du département pour le fonctionnement de la grande mosquée de Foumban. On attrape quelques chiffres : Arrondissement de Foumban en tête avec 1 million 152 milles 800 frs Cfa, suivi de Foumbot avec 1 million 125 milles 300 frs Cfa, Malentouen n’est pas en reste, 666.000frs Cfa. En gros tous les 9 arrondissements et quelques mosquées de la diaspora Bamoun, ont fait parvenir une enveloppe pour l’entretien de la Mosquée centrale de Foumban.

Passée cette étape d’information, s’installe une équipe de prédicateurs pour appeler à l’invocation. On peut scander « Allah Akbar, Soubhâna Llah, El Hamdu lillah », c’est ce qu’ils appellent la « Takbir ». « C’est le jour où le fidèle doit magnifier la grandeur de son Seigneur, nous devons le faire tous ensemble », rappelle le Cheick Hussein Fifen, au pupitre. Cheick Nji Awal Sine, dans une courte prédication, invite les fidèles à dépenser dans le sentier d’Allah et à tourner le dos contre l’avarice. Finit ces moments d’animation thématique. L’instant de prière approche. 9h20. Les signes précurseurs de l’arrivée imminente du roi sont visibles. La garde rapprochée arrive et forme un corridor sur la place de prière du roi. La foi monte d’un cran. Les fidèles aiguisent leur curiosité. Les uns sont debout. Cinq minutes plus tard, les deux grands parasols du roi s’étalent. Le monarque, à la stature imposante, foule le sol de la place de la prière. Vêtu d’une gandoura blanche, brodée au fil jaune, turban blanc entourant la tête, prend place aux côtés des chefs de village, et autres dignitaires religieux.

Instant de prière

9h30. L’imam officiant du jour, El Hadj Njitari arrive. Les fidèles, comme un seul homme, se dressent devant le Très Haut. A cet instant, le soleil sort de sa réserve. Il perce les nuages brule allégrement. Huit minutes suffisent à l’Imam central de Foumban pour faire les deux raka’ats prévues pour la circonstance. Sa voix tremblante lit couramment les textes en arabe retenues pour cette prière. 9h40. L’imam emprunte les marches pour accéder à la chaire. A près de 80 ans, il monte péniblement. Deux de ses collaborateurs le soutiennent par les épaules. Au pupitre, l’assistance est toute ouïe, c’est la 2e partie de la prière qui commence.

La lecture du sermon, d’abord en arabe, puis en langue Bamoun ; en gros, « Louons le Seigneur qui vous a inscrit parmi les jeuneurs de cette année, travaillons à préserver la paix et la concorde dans notre pays et dans notre département », rappelle l’imam.
Lorsque le sultan roi des Bamoun, Ibrahim Mbombo Njoya monte sur la chaire à 10h12, le message délivré est d’abord un hommage aux âmes disparues qui avaient pourtant prit part à la fête de l’année dernière. Le roi remercie le préfet du Noun Pascal Mbo’Zo qui travaille pour la sauvegarde de la paix dans le NOUN depuis son arrivée à la tête de ce département.

En outre, le monarque révèle que le royaume fête avec la maman de la première dame Chantal Biya, arrivée à Foumban avec une délégation de 30 personnes. Au sujet du Beithoul Mahl, et « pour mettre fin à une certaine information qui selon nos sources, fait état de la disparition des fonds mobilisés », le roi indique que compte tenu de son agenda très surchargé, il convoque l’assemblée générale de cette instance le 10 septembre 2011, pour faire le bilan de ces recouvrements.

Un regard jeté à la tribune. On y aperçoit le préfet du Noun, accompagné du président de la région synodale du Noun Nord, du curé de la paroisse catholique. Le président de la Section Rdpc du Noun Centre Daniel Njankouo Lamère n’est pas en reste.
Après l’office, c’est la parade vers la cour d’apparat. Une grande fantasia. Sur le cheval, le roi parcours la distance, le ruban blanc couvre sa bouche, mais le sourire déchire le tissu, surtout lorsque les femmes massées le long de l’itinéraire, youyous à la pointe, le saluent avec chaleur et révérence. Elles reçoivent, ainsi que les fidèles aux abords de la rue, les signes de main d roi. Les reliques royales, l’état major du palais, les cavaliers de la cour en rajoutent à ce spectacle de grands jours. La caravane a pour point de chute la cour d’apparat où les différentes écoles coraniques défilent devant les autorités.

C’est l’Islam en fête, les musulmans en liesse. Foumban surchauffé jusque dans les chaumières. On peut dire, formule consacrée qui s’échange entre fidèles, accolades en signe de retrouvailles, Barka Da Salla !


Azize MBOHOU à Foumban
 

Source: Royaumebamoun.com | Hits: 10640 | Envoyer à des amis  ! | Imprimer ! | Réagir(2)

PLUS DE NOUVELLES


  Business Spices "Ngoun" Festivities
( | 04.07.2004 | 17048 hits  | 0 R)

  FOUMBAN : LA CITE TOURISTIQUE S’ECHAPPE DE SES RUINES
( | 04.07.2004 | 12882 hits  | 0 R)

  NGUON 2004 : LE GRAND TREK CULTUREL BAMOUN
( | 04.07.2004 | 10355 hits  | 0 R)

  Nguon : une fête chargée d’histoire
( | 04.07.2004 | 10198 hits  | 0 R)

  Nguon 2004 : entre allégresse et réflexion
( | 04.07.2004 | 10185 hits  | 0 R)

  Festival : Le Nguon sème sa 540e graine .
( | 04.07.2004 | 9976 hits  | 0 R)



   0 |  1 |  2 |  3 |  4 |  5 |  6 |  7 |  8 |  9 |  10 |  11 |  12 |      ... >|



Royaumebamoun.com
Royaumebamoun.com
Royaumebamoun.com
Royaumebamoun.com
Royaumebamoun.com
Royaumebamoun.com
Royaumebamoun.com
Royaumebamoun.com
Royaumebamoun.com
Royaumebamoun.com
Royaumebamoun.com
Royaumebamoun.com
Powered by : CLC-Networks  |   WEB Technology : BN-iCOM by Biangue Networks