Forums   Audios   Vidéos   Downloads   Livre d´or   Contact   Liens   Partenaires   
  Accueil   Actualité   Editorial   Interviews   Histoire   Le royaume   Administration   Communes et As.   Le Nguon   Culture   Littérature   Tourisme   Les Associations   Galeries   VIP   Communauté   Agendas   Annonces   Evénements   Projets   
16.09.2009

Henri Ntoupendi : Le Noun est la plus malheureuse victime de la démocratie 

Le diplomate et historien fait la lumière sur les contours du conflit entre Ibrahim Mbombo Njoya, roi des Bamouns et Adamou Ndam Njoya, maire de Foumban.

Qu´est-ce qui oppose Mbombo Njoya à Adamou Ndam Njoya?
Les origines de ce conflit sont lointaines. En 1981, le feu Sultan Seidou Njimoluh aurait exercé une forte pression sur Amadou Ahidjo, le priant de ramener au Cameroun son fils héritier, Mbombo Njoya, alors ambassadeur en Egypte. Deux motifs se conjuguaient en faveur de cette initiative : le sultan sortait d´une grave maladie qui avait failli l´emporter. À cette période, Ndam Njoya, alors ministre de l´Education nationale, avait commis quelques erreurs politiques : l´examen du Bepc fut repris parce que près de 80% de candidats avaient échoué ; il avait instruit que les Camerounais âgés de plus de 25 ans ne devaient plus entrer à l´université. Plus grave, les journaux occidentaux épiloguant sur la succession éventuelle d´Ahidjo, avaient cité Ndam Njoya parmi les sérieux prétendants au fauteuil présidentiel. Je ne pense pas qu´il ait démenti toute collusion avec les journaux qui avaient rédigé ces articles, comme Sadou Daoudou, Paul Biya, Bello Bouba ou Youssoufa Daouda., toutes ces personnalités citées également, avaient pris leurs distances des spéculations des médias français. Enfin, son insubordination apparente à l´autorité du Premier ministre de l´époque, un certain Paul Biya, irritait Ahmadou Ahidjo.

De quelle façon ?
Mbombo Njoya était rentré au gouvernement, numériquement à la place de Ndam Njoya. Comble de malheur, l´accession de Biya à la magistrature suprême un an plus tard, ne rendait pas facile la tâche à ce dernier, compte tenu de ses rapports à la limite exécrables avec le nouveau président. Non seulement leurs relations étaient mauvaises, mais paradoxalement, celles qui unissaient Mbombo Njoya à Biya étaient étroites. Mbombo ayant été pendant cinq ans patron de Biya au ministère de l´Education, de la Jeunesse et des Sports. Biya conservera ce dernier au gouvernement et dans plusieurs ministères de grande importance de 1982 à 1992, année au cours de laquelle il sera désigné roi des Bamouns, évidemment avec le soutien de Biya. Le ressentiment de Ndam Njoya vis-à-vis de Mbombo est compréhensible. Sa carrière étatique semble avoir été laminée par Njimoluh, Mbombo et évidemment Biya.
L´avènement du multipartisme a offert l´autoroute à Ndam de prendre sa revanche. Il est rentré dans un combat quelque fois mortel, contre le régime de Biya et le palais du sultan.

Quel est le lien de parenté qui unit les deux?
Je pense que Ndam est en quelque sorte un oncle éloigné de Mbombo Njoya ; il ne peut en aucun cas accéder au trône comme certaines personnes l´ont cru.

Que se passe t´il à la chefferie de Njinka, lieu sacré de Ndam Njoya?
Deux actions de Ndam Njoya ont mis le feu aux poudres. Plus loin, la succession de son père. Certains de ses camarades m´ont dit qu´il était présumé successeur de son père. Le feu Sénateur, ministre de l´Intérieur, ministre de la Justice et grand Chancelier Arouna Njoya. Il avait épousé une Française, semble t´il contre la volonté de ce dernier. Celui-ci désigna un autre, Idrissou Vessah Njoya, comme héritier. A la mort de Vessah, Ndam qui était vénéré dans le Noun, il s´empare de la succession, privant les enfants du défunt d´en jouir. Personne n´avait compris ce revirement subit de l´intéressé. Dans la tradition bamoun, la succession est patrilinéaire. Si vous n´avez pas eu de garçon, le fils de votre sœur de même mère vous succède, ou un de vos petit fils, issus de vos filles. Il est intéressant aujourd´hui de savoir qui lui succédera à sa mort.

Avez-vous une indication ?
Récemment, il a entrepris le même coup contre l´héritier de son oncle; chef de village de Njinka. Ses partisans soutiennent que cette chefferie appartenait à son père, qui est pourtant mort sans démettre son frère. Ils disent aussi que ce sont les chefs de villages qui lui avaient demandé de récupérer la chefferie. Pourquoi ne l´ont-ils pas élu à la consultation publique et démocratique que le préfet de Foumban avait pourtant organisée? Ndam est avide du pouvoir ; c´est normal ; mais il faut toujours mettre dans ce désir la manière, ce qu´il ne semble pas vouloir intégrer dans ses pratiques démocratiques. Député, maire, chef de la famille Nji Monkouop et chef de village; président inamovible de l´Udc , n´est-ce pas un peu trop pour un seul individu ?

Comment les personnes de sa communauté réagissent ?
Je n´ai pas encore perçu personnellement la réaction de Ndam Njoya. Quant au Sultan, naturellement il jubile. Le peuple bamoun commence à s´assagir ; il s´interroge sur l´impasse où les deux l´ont mené ; ces grands notables familièrement proches ?

Comment se comporte l´élite bamoun face à cette rivalité ?
L´élite a été très décevante. Peureuse, irresponsable et tricheuse pendant ces 18 dernières années. Beaucoup sont proches du palais le jour et conseillers de Ndam Njoya contre le palais la nuit. C´est le règne de l´hypocrisie dans le Noun. Si l´élite avait fermement joué son rôle, pris une position rationnelle et agresser intellectuellement ces deux leaders, quelque chose aurait changé. Le degré de haine qui les habite les a fourvoyés. Si je comprends le sultan qui estime qu´en sa qualité de Roi, il doit aligner son peuple derrière le régime en place et au sein duquel il est un important maillon, je ne comprends pas du tout l´obsession de Ndam Njoya à rêver du pouvoir à ce point. De nombreuses élites courent auprès du Sultan pour recueillir son soutien et une intervention en haut lieu pour une promotion. Si ça ne marche pas, ils s´affichent quelque fois par réaction avec Ndam comme pour punir le Sultan.

Que reproche le Sultan à Adamou Ndam Njoya ?
Le sultan est très braqué contre Ndam Njoya. Dès les évènements de 1992 à Foumban, Mbombo Njoya a compris la révolution contre le palais lancée par Ndam. Surtout quand feu Mekou, le père de Félix Moumié a quitté l´Upc pour combattre le palais au sein de l´Udc. Dans les années 1950, le Sultan Njimoluh avait fait fesser Mekou, Moumié et quelques autres Upcistes qu´il expulsa du royaume. Mbombo assimile Ndam à Gbetkom Ndobouo (rebelle Ndlr) qui tenta un coup d´Etat contre le roi dans l´histoire du royaume.
J´avais adressé une lettre commune à Ndam, Fochive et Mbombo Njoya. Je les invitais à s´asseoir autour d´une table, aux fins d´éviter que le Noun sombre dans l´anarchie et soit une malheureuse victime de la démocratie. Fochivé m´avait fait arrêter pour cette initiative fraternelle ; il m´avait fait transporter à son bureau à deux heures du matin. Il m´avait sermonné dans un premier temps, arguant que "Ndam était le plus jeune des trois et devrait les consulter avant de créer un parti. Un Bamoun ne peut pas encore être président du Cameroun et son initiative vous coûtera très cher dans l´avenir", m´a-t-il juré. J´avais maintenu cependant mon offre de rencontre tripartite. Il m´a dit qu´il verrait dans quelle mesure cela serait possible ; mais que jamais la police ne brutaliserait Ndam Njoya pendant les marches comme elle avait coutume de le faire à l´endroit de Ni John Fru Ndi, président du Social democratic front (Sdf).

Quelle a été la réaction de l’actuel sultan ?
Il avait été enflammé par ma lettre. Il m´a rencontré à la résidence de l´ambassadeur d´Egypte lors de la fête nationale de ce pays. Au grand dam des us diplomatiques, il a foncé vers moi, très énervé, pour me gronder. Comment pouvais-je lui demander de s´asseoir avec quelqu´un qui a fait brûler sa villa à Foumban? Je lui ai demandé de me recevoir à sa résidence pour en discuter. Notre entretien chez lui avait accouché d´une souris.
Ndam Njoya de son côté eu une attitude plus noble. Il me dit qu´il avait reçu et apprécié ma suggestion. Mais que les deux "brutes" d´en face n´avaient aucune capacité intellectuelle à accepter une telle concertation.
Aujourd´hui, l´histoire m´a donné raison. Quelle est la place du Noun dans l´échiquier national? J´invite encore les deux qui restent après la mort de Fochivé à relire ma lettre. Je leur enverrai chacun une autre copie s´ils n´en dispose plus.

Quelles sont vos rapports aujourd´hui avec les deux ?
Votre question m´émeut. J´avais obtenu une chambre à la cité universitaire grâce à l´intervention de Ndam Njoya. Au terme de mes études, c´est Mbombo Njoya qui m´avait recruté dans l´administration. Publique. Les deux me sont utiles ; ils connaissent ma franchise. Le sultan m´a surnommé "la gauche de la droite". J´ai bénéficié pendant mes études d´une estime manifeste de Ndam Njoya. J´entrais chez lui comme un fils chez son père. A un moment, nous ne nous sommes plus compris.
Au soir du 11 octobre 1992, jour de la première élection présidentielle au Cameroun, j´ai eu le courage de me rendre chez lui à la fermeture des urnes. Il était entouré de ses proches ; il répondait à une interview téléphonique de Nicolas Balique, journaliste à Radio France internationale. L´atmosphère était ambiante, son cercle était convaincu qu´il serait élu. A la fin de l´entretien, je lui ai dit que Biya sera réélu. A mon avis, il serait mieux qu´à l´issue de la proclamation des résultats, qu´il adresse une lettre à Biya. En déplorant la tricherie qui a entaché les élections, acceptant la décision de la Cour suprême, tout en étant prêt à travailler avec lui sous une plate forme de gouvernement.
Il a piqué une colère aiguë et m´avait prié de sortir de sa concession.. Quelque chose venait de se briser entre nous.

Depuis ce temps, vous ne vous voyez plus ?
Très rarement, dans les avions parfois.
Le Sultan, lui, a été mon ministre. Aujourd´hui quand il veut une critique sans ménagement d´une situation à laquelle il fait face, il m´appelle parfois. Mais ce n´est pas sûr qu´il fasse bon usage de mon franc parler.

S´il vous est donné de leur dire un mot que leur diriez-vous ?
De relire ma lettre et se rendre compte du ravin où ils ont mené le peuple bamoun. Biya est si fatigué de ces luttes intestines qu´il a décidé de sortir les Bamoun du gouvernement. Ils doivent reconnaître que le Noun va mal. Il fût un temps où Paul Biya avait tendu la main à Ndam. Il ne l´a pas saisie. Demandez lui pourquoi il est Ministre plénipotentiaire et non enseignant à l´université? C´est un décret de Biya qui a crée cela. L´autre jour en compagnie de Félix Tonye Mbog dans un voyage en avion, nous avons échangé. Je rappelais que, en 1984, Paul Biya me chargea avec Ahmadou Vessah Njoya de confier à Ndam qu´il lui propose la Direction de l´Institut de relations internationales du Cameroun (Iric), pour succéder à Joseph Owona promu Chancelier de l´Université. Ndam déclina l´offre d´Etoudi.
Ce que nous pouvons retenir c´est qu´une importante période de l´histoire bamoun devra être vite oubliée à cause de l´incapacité des deux rivaux de se réconcilier.

Propos recueillis par Iliassou Kpoumié (Correspondance particulière)


REJOIGNEZ NOTRE GROUPE WHATSAPP OFFICIEL MAINTENANT ET RESTEZ INFORME EN TEMPS REEL



 

Source: Mutations | Hits: 23418 | Envoyer à des amis  ! | Imprimer ! | Réagir(1)

PLUS DE NOUVELLES


  Nguon 2006 : la nouvelle légitimité du Sultan
( | 14.12.2006 | 18653 hits  | 0 R)

  Bienvenue sur le nouveau site du royaume bamoun !
( | 09.12.2006 | 17936 hits  | 0 R)

  Adamou Ndam Njoya : Le pouvoir actuel est familial
( | 09.12.2006 | 14758 hits  | 0 R)

  CONVENTION : L’UDC EXIGE UNE NOUVELLE CONSTITUTION
( | 04.12.2006 | 15065 hits  | 0 R)

  MAMA Foupouagnigni : “ Rendre nos élèves professeurs aptes à la rédaction des manuels scolaires"
( | 29.11.2006 | 18609 hits  | 0 R)

  Un fils du Noun Ibrahim Njouenwet analyse l´atteinte du point d´achèvement par le cameroun et propose les mesures d´accompagnement nécessaires pour le
( | 27.10.2006 | 14329 hits  | 0 R)

  Remaniement du gouvernement camerounais !
( | 12.10.2006 | 17288 hits  | 0 R)

  Douala 2ème : On se bouscule dans les rangs du Rdpc,Abraham Tchato le Maire compte sur Edouard Fochivé le SG de la section RDPC.
( | 11.10.2006 | 17004 hits  | 0 R)

  FOUMBAN: Ndam Njoya et ses conseillers au tribunal
( | 09.10.2006 | 19331 hits  | 0 R)

  LE SULTAN ROI DES BAMOUN EST DE RETOUR DE SON PERIPLE EUROPEEN.
( | 09.10.2006 | 16531 hits  | 0 R)

  FOUMBAN – MAGBA:LES COUPEURS DE ROUTE DE RETOUR
( | 09.10.2006 | 14813 hits  | 0 R)

  Nomminations à la police
( | 26.09.2006 | 20576 hits  | 0 R)

  ETO´0:CENT MATCHES AVEC LE BARCA
( | 25.09.2006 | 16760 hits  | 0 R)

  UNE ACADEMIE POUR MILLA
( | 22.09.2006 | 15633 hits  | 0 R)

  Limogeage des entraîneurs nationaux cadets
( | 21.09.2006 | 14229 hits  | 0 R)

  FOOT D2-OUEST:LE CHOC UNISPORT - PANTHERE
( | 16.09.2006 | 14167 hits  | 0 R)

  YASMINA MBOMBO NJOYA,Une Certaine Idée Du Glamour,la belle allure d´une étoile annoncée.
( | 15.09.2006 | 18450 hits  | 0 R)

  Le concours de l’Iric est lancé
( | 15.09.2006 | 13818 hits  | 0 R)

  Dossier retro FEDERAL : UNE RUMEUR AUTOUR DE 15 MILLIONS F CFA DIVISE L’EQUIPE
( | 14.09.2006 | 16591 hits  | 0 R)

  Insécurité : Deux militaires coupeurs de route !
( | 13.09.2006 | 14592 hits  | 0 R)

  "LES COUPEURS DE ROUTE" règnent en Maîtres absolus dans le Département du Noun
( | 12.09.2006 | 15680 hits  | 0 R)

  DEUXIEME CONGRES DE LA LIGUE NATIONALE DES ETUDIANTS DU NOUN du 16 au 19 aout 2006 A FOUMBAN.
( | 09.09.2006 | 121074 hits  | 0 R)

  EGLISE PRESBYTERIENNE : LE PASTEUR FOCHIVE EST MORT
( | 09.09.2006 | 19370 hits  | 0 R)

  Le pasteur Joseph Mfochivé n’est plus
( | 09.09.2006 | 14967 hits  | 0 R)

  Joseph Mfochivé : La chute prophétique d’un baobab
( | 09.09.2006 | 14876 hits  | 0 R)

  MEURTRE D´UNE BAMOUN DANS SAINT-MICHEL AU CANADA: Le suspect envoyé à Pinel plutôt qu´au tribunal.
( | 09.08.2006 | 18091 hits  | 0 R)

  Affaire Mounchipou : Caroline Abah condamnée
( | 29.06.2006 | 15240 hits  | 0 R)

  A LA DECOUVERTE DU PATRIMOINE BAMOUN DANS LES MUSEES PARISIENS Week-end du 24 et 25 JUIN 2006 à Paris
( | 24.06.2006 | 19322 hits  | 0 R)

  Le nouveau musée du quai Branly
( | 20.06.2006 | 15865 hits  | 0 R)

  FAIT D´ARME A C.O.C:Un coupeur de route abattu par la gendarmerie
( | 12.05.2006 | 16971 hits  | 0 R)

  NJI KOUOTOU PEKASSA Chouaibou a été désigné le 07 avril dernier Chef de Groupement de Foumbot – Rural
( | 09.05.2006 | 16615 hits  | 0 R)

  L`ASBAF vous annonce la mise en ligne de son site internet, www.asbaf.com
( | 09.05.2006 | 14800 hits  | 0 R)

  MAGBA:Le Proviseur du lycée en difficulté pour malversation
( | 15.04.2006 | 16006 hits  | 0 R)

  Têtes d`affihche de la GAZETTE DU NOUN N°3"LES 50 FIGURES qui ont marqué le Noun en 2005"
( | 10.04.2006 | 35493 hits  | 0 R)

  Pillage à ciel ouvert : Yaou Aissatou brade la Scan à Foumbot
( | 07.02.2006 | 18231 hits  | 0 R)

  L`ambassadeur des Etats-Unis a procédé le 23.01.06 au lancement du "Projet de préservation des manuscrits en langue Bamoun".
( | 23.01.2006 | 16685 hits  | 0 R)

  Foumban: Le 540e Nguon sur les rails
( | 10.12.2004 | 21903 hits  | 0 R)

  Business Spices "Ngoun" Festivities
( | 04.07.2004 | 22464 hits  | 0 R)

  FOUMBAN : LA CITE TOURISTIQUE S’ECHAPPE DE SES RUINES
( | 04.07.2004 | 17752 hits  | 0 R)

  NGUON 2004 : LE GRAND TREK CULTUREL BAMOUN
( | 04.07.2004 | 14995 hits  | 0 R)

  Festival : Le Nguon sème sa 540e graine .
( | 04.07.2004 | 14992 hits  | 0 R)

  Nguon : une fête chargée d’histoire
( | 04.07.2004 | 14926 hits  | 0 R)

  Nguon 2004 : entre allégresse et réflexion
( | 04.07.2004 | 14768 hits  | 0 R)



   0 |  1 |  2 |  3 |  4 |  5 |  6 |  7 |  8 |  9 |  10 |  11 |  12 |  13 |  14 |  15 |      ... >|



Royaumebamoun.com
Royaumebamoun.com
Royaumebamoun.com
Royaumebamoun.com
Royaumebamoun.com
Royaumebamoun.com
Royaumebamoun.com
Royaumebamoun.com
Royaumebamoun.com
Royaumebamoun.com
Royaumebamoun.com
Royaumebamoun.com
Royaumebamoun.com
Royaumebamoun.com
Royaumebamoun.com
Powered by : CLC-Networks  |   WEB Technology : BN-iCOM by Biangue Networks