Forums   Audios   Vidéos   Downloads   Livre d´or   Contact   Liens   Partenaires   
  Accueil   Actualité   Editorial   Interviews   Histoire   Le royaume   Administration   Communes et As.   Le Nguon   Culture   Littérature   Tourisme   Les Associations   Galeries   VIP   Communauté   Agendas   Annonces   Evénements   Projets   
18.05.2016

L’ART DE LA GUERRE CHEZ LES BAMOUN : ELEMENTS DE STRATEGIES ET DE TACTIQUES MILITAIRES 

La guerre, malheureusement inhérente à la nature humaine, a été de tout temps pensée, pilotée et mise en œuvre avec art et intelligence. Aussi, maints théoriciens et praticiens de l’art et de la science militaires ont-ils mis au point des approches stratégiques au niveau conceptuel, et des procédés tactiques applicables sur le terrain des combats, pour affronter globalement et vaincre l’ennemi, ou se défendre efficacement face aux attaques. Il en est ainsi des recettes du très réputé Sun Tzu, auteur du célèbre ouvrage « L’Art de la guerre », ou de « la stratégie de la terre brulée » usitée par l’Almamy Samory Touré.

Les Bamoun, peuple conquérant installé dans le Département du Noun à l’Ouest du Cameroun, ne dérogent pas à cette règle de schématisation de la guerre. Ce royaume, fondé en 1394, est une fusion d’environ 200 tribus soumises et assimilées au fil des siècles par une succession de souverains dont l’ancêtre initial est le prince Tikar Nshare-Yen. Le ton offensif inauguré par ce monarque pionnier (1394- 1418), qui a soumis 18 peuplades au cours de son règne, a été perpétué par ses héritiers. Le plus illustre de ces continuateurs reste le roi Mbuombouo (1757-1814), particulièrement belliciste, qui a conquis 48 tribus pendant sa royauté et étendu les frontières du pays Bamoun aux fleuves Mapé, Noun, Ripâ et Nja. Ce souverain atypique a proclamé sa devise en ces termes : « Mon nom c’est la guerre, ma nourriture c’est guerre et mon lit c’est la guerre. Je vais poser les limites de mon royaume avec le sang et le fer noir, car les frontières tracées par le bouche s’effacent toujours ».
La pratique de la guerre, consubstantielle à l’existence du peuple Bamoun jusqu’au 20ème siècle, a cristallisé au sein de cette communauté des éléments remarquables de stratégies et de tactiques militaires qu’il importe de remémorer.

APRROCHES STRATEGIQUES

Au nombre des stratégies notables dans l’histoire guerrière des Bamoun, figurent la technique du serpent à deux têtes et la défense par les tranchées. Ces méthodes remarquables ont été employées dans des circonstances diverses.

La stratégie du serpent à deux têtes « Nue pèt tu »

Cette stratégie a fait tache d’huile sous le règne du roi Mboumbouo, pendant la longue guerre que ce monarque intrépide a livrée contre la tribu Pa Pou’ établie à l’Est du royaume Bamoun. Au moment où l’armée Bamoun, au bout d’une quatrième tentative, était sur le point vaincre cet ennemi particulièrement résistant, qui usait d’une bête monstrueuse et artificielle (Sânoumpout) pour dérouter ses agresseurs, l’on vint annoncer à Mbouombouo que son royaume était attaqué derrière lui, à l’Ouest de son territoire. Il s’agissait d’une incursion menée par les tribus Gbèntka’ et Mehre coalisées.

Dans ce contexte, le souverain Bamoun divisa son armée en deux groupes, dont l’un s’attela à achever sous son commandement la bataille contre le Pa Pou’, clôturée par une victoire. L’autre groupe fut dépêché à l’Ouest du pays Bamoun, où il fit obstruction à l’avancée de l’alliance Gbèntka’-Mehre, avant d’être rejoint par des renforts qui permirent de vaincre sur ce second front.

Ainsi naquit le symbole du serpent à deux têtes qui est l’emblème majeur de la royauté Bamoun. Ce blason est surtout la traduction d’une stratégie militaire de dédoublement des troupes, en contexte de fronts multiples. Pour y parvenir, l’armée Bamoun devait certainement disposer d’effectifs et de moyens logistiques considérables pour lui conférer une grande capacité de projection, de manière à pouvoir se déployer simultanément sur plusieurs théâtres.

La stratégie des tranchées « Nsem »

Cette autre stratégie a été développée à l’occasion d’une belligérance qui mit le peuple Bamoun en réelle difficulté, à l’aube du règne du roi Mbuombuo. Il s’agit de la guerre contre les Pa’re, des redoutables cavaliers qui vinrent plusieurs fois assiéger les Bamoun à domicile. La puissance de leurs attaques obligea Mbuembue à quitter son palais pour se réfugier dans les parages. Et pour faire échec à ces terribles assaillants, des tranchées (Nsem) furent creusées en ceinture autour de Foumban, la capitale du royaume Bamoun.

Cet immense fossé circulaire comportait des chausse-trapes camouflées par les hautes herbes. Au fond de ce géant trou étaient hissés des pieux taillés en pointe pour piéger les chevaux des attaquants Pa’re. L’ensemble de ces excavations était surmonté, côté cité, d’une haute muraille percée de meurtrières, servant à guetter l’arrivée de l’ennemi. Il y avait également, sur la ligne de ces remparts, de petites cases pour entreposer les armes (Danket), chacune donnant sur un quartier de Foumban.

Au lendemain du creusage de ces tranchées, les Pa’re revinrent à la charge et tombèrent dans ce guet-apens. De nombreux cavaliers et leurs grands chevaux s’empalèrent dans les pieux plantés au fond de ces trous géants. Ceux qui cherchaient à s’échapper de ce gouffre étaient empoignés par leurs boubous et achevés par les guerriers Bamoun. Les rescapés de cette chute furent réduits à lancer leurs flèches par-dessus les tranchées. Les soldats Bamoun traversèrent le fossé et décimèrent les agresseurs. Les fuyards furent poursuivis jusqu’au fleuve Mapé, à la lisière nord du royaume.

Les tranchées initiales ont été reformées par le roi Ngouwuo (1818-1863). Ces fosses restent en place dans le pourtour de Foumban où elles demeurent visibles jusqu’à nos jours. C’est le symbole d’un périmètre de défense, d’une stratégie militaire de repli défensif qui sauva l’Etat Bamoun d’un puissant ennemi.

PROCEDES TACTIQUES

L’armée Bamoun faisait usage de maintes techniques remarquables sur le terrain des combats. En fonction des dispositions de l’ennemi, des groupes tactiques spécifiques entraient en action. Il en est ainsi des Mendu’, des Gbèt Njine, des Tônyi, des Sue Pit, des Tùn Pit, et des Panka, entre autres.

Les Mendu’ ou les guerriers avant-coureurs

Lorsque que l’armée Bamoun allait en guerre et campait dans les environs du village ennemi, un soldat courageux pouvait sortir dans la nuit pour aller s’introduire chez l’adversaire. Cet avant-coureur se place discrètement devant une case jusqu’au lendemain. Ainsi, lorsque ses frères d’armes attaquent le village, il tue un ennemi en premier et crée l’effet de surprise, avant de se découvrir et de rejoindre les siens. Aussi s’exclame-t-il : « Je suis Mendu’ (celui qui commence) ». Est également Mendu’, le soldat qui tue le premier un ennemi poursuivi par plusieurs.

Les Ghâ Gbèt Njine ou les guerriers repousseurs

Lorsque les troupes Bamoun, sous pression, battaient en retraite devant les combattants ennemis, certains soldats Bamoun se cachent dans les herbes au point de ne plus être vus par leurs poursuivants. A l’approche de ceux-ci, ils se lèvent brusquement et tuent un certain nombre d’ennemis de manière à créer la panique dans le camp adverse, repousser l’attaque, et reprendre l’initiative. Ces guerriers repousseurs sont appelés Ghâ Gbèt Njine (ceux qui coupent et remettent).

Les Tônyi et les Sue Pit ou les guerriers attaquants et embusqués
Lorsque l’armée Bamoun faisait face à un adversaire impénétrable, un groupe de soldats téméraires dépêchés à l’assaut, attaque courageusement le village ennemi en poussant des cris. Les ennemis se mettent à la poursuite de ces guerriers attaquants appelés Tônyi (ceux qui percent et entrent).
En même temps, un autre groupe de combattants Bamoun dissimulés dans les herbes et soigneusement alignés, se poste à l’entrée du village ennemi. Ces guerriers sont dénommés Sue Pit (ceux qui mettent la guerre). Le dernier de la ligne tient un sifflet.

Lancés aux trousses des Tônyi qu’ils croient être leurs seuls adversaires, les troupes ennemies viennent traverser les Sue Pit embusqués dans les herbes. C’est alors que le dernier élément de la ligne siffle pour réveiller ses compagnons. Tous se lèvent et tuent les adversaires en grand nombre, ouvrant ainsi la voie au reste de l’armée Bamoun.

Les Tùn Pit ou les preneurs à revers

Lorsque la guerre était acharnée et qu’il faille plier l’ennemi, un groupe d’intrépides guerriers Bamoun se détache pour aller prendre position derrière l’armée adverse. Ces soldats avancent en rampant dans les herbes, sans se laisser apercevoir. Dès qu’ils parviennent à l’arrière des troupes ennemies, ils surgissent et tuent un grand nombre. Ces preneurs à revers sont appelés Tùn Pit (ceux qui coupent la guerre).

Les Panka ou les défenseurs en haies

Lors de l’ultime bataille de la guerre contre les Pa Pou’, le roi Mbuombuo fut pris dans un bourbier alors qu’il faisait face à une horde de guerriers ennemis. Le souverain Bamoun fut alors défendu par sa garde rapprochée qui forma plusieurs haies autour de lui, tel un rempart. Certains de ces fidèles furent décimés, mais d’autres résistèrent jusqu’à l’arrivée des renforts. Ces soldats furent baptisés Panka (ceux qui construisent des haies), en référence à la tactique protectrice qu’ils avaient employées.

En définitive, l’on peut noter que les Bamoun ont mis à contribution des stratégies et des tactiques militaires marquantes, pour réaliser les multiples conquêtes qui rehaussent leur histoire. Ils faisaient bon usage des techniques de positionnement, d’étreinte, de camouflage, d’embuscade, d’incitation, d’attaque et de repli, pour ne citer que cela. Une étude approfondie de l’art de la guerre chez ce peuple belliqueux des grassfields ne manquerait pas d’intérêt./-

Par Alexis MOULIOM NJIVAH

Sources:
- Ibrahim Njoya, Histoire et coutumes des Bamouns (traduction de Libonar oska), 1952.
- André Tetmoun Njingoumbé, De l’intelligence en guerre chez les Bamoun, 2004.
- Alexis Mouliom Njivah, Le serpent à deux têtes ou la victoire sur deux fronts, 2014.
- Divers entretiens.
 

Source: Royaumebamoun.com | Hits: 40049 | Envoyer à des amis  ! | Imprimer ! | Réagir(1)

PLUS DE NOUVELLES


  SCAN: Société des conserveries alimentaires du Noun
( | 03.08.2020 | 112 hits  | 0 R)

  Nécrologie: Décès ce 02.08.2020 du patriarche Nji NKAINFON PEFOURA Samuel
( | 02.08.2020 | 103 hits  | 0 R)

  Samuel NKAINFON PEFOURA est le premier Bamoun à occuper un poste de gouverneur au Cameroun.
( | 02.08.2020 | 1124 hits  | 0 R)

  Culture entrepreneuriale : le soutien du gouvernement
( | 30.07.2020 | 169 hits  | 0 R)

  Réouverture des frontières : de belles perspectives pour la tomate camerounaise
( | 29.07.2020 | 109 hits  | 0 R)

  IN MEMORIAM: 28.07.1992-28.07.2020, 28ème anniversaire du décès du Sultan El Hadj NjiMoluh Njoya Seidou[Portrait]
( | 28.07.2020 | 79 hits  | 0 R)

  COMMUNIQUE FINAL DE LA REUNION DE CONCERTATION ENTRE LE SULTAN ROI DES BAMOUN ET LES ELITES ET FORCES VIVES DU NOUN TENUE A YAOUNDE LE 27 JUIN 2020
( | 01.07.2020 | 658 hits  | 0 R)

  CAN-CAMEROUN 2021 : Seidou Mbombo Njoya : " Notre capacité à organiser n’est pas en cause "
( | 01.07.2020 | 536 hits  | 0 R)

  Obsèques de Nji Claude NDAM: Le Sultan Roi des Bamoun était représenté par Son Premier Adjoint Son Altesse Royale le Dr NJI NGOUPAYOU NJOYA Inoussa.
( | 28.06.2020 | 847 hits  | 0 R)

  Un comité de sages pour mener une réflexion profonde sur la situation économique, sociale, politique et religieuse dans le département du Noun.
( | 27.06.2020 | 991 hits  | 0 R)

  Deux hommes interpellés avec des ossements humains dans la ville de Foumbot
( | 27.06.2020 | 400 hits  | 0 R)

  PROGRAMME DES OBSEQUES DE NJI CLAUDE NDAM LES 26 ET 27 JUIN 2020 A YAOUNDE ET FOUMBAN
( | 25.06.2020 | 321 hits  | 0 R)

  Cameroun : L’artiste musicien Claude Ndam sera inhumé ce weekend !
( | 25.06.2020 | 239 hits  | 0 R)

  Hommage à Claude Ndam: Où est ta victoire!?
( | 25.06.2020 | 330 hits  | 0 R)

  Drame: de retour d’une cérémonie de mariage, ils décèdent dans un tragique accident
( | 24.06.2020 | 317 hits  | 0 R)

  Nécrologie: Message de Sa Majesté le Sultan Roi des Bamoun, suite au décès de Nji Claude Ndam
( | 12.06.2020 | 1133 hits  | 0 R)

  Hommage de Mounde Njimbam: CLAUDE NDAM, U NGUO YA ? Où VAS-TU ?
( | 12.06.2020 | 501 hits  | 0 R)

  Les mythes sur la transmission du pouvoir au Cameroun, Par Moussa Njoya, Politologue
( | 11.06.2020 | 377 hits  | 0 R)

  Hadj 2020: Paul Atanga Nji interdit la collecte des fonds au moment où l´événement est encore incertain
( | 11.06.2020 | 395 hits  | 0 R)

  Emergence des Communautés: La notion ´´d´Elite´´ doit muter vers un rôle de Leaders/Mentors pour impulser les dynamiques pour le développement.
( | 07.06.2020 | 744 hits  | 0 R)

  Confinée et plombée par l’absence d’un cadre légal, la presse en ligne est inéligible à l’aide institutionnel.Seidou MOLUH MOUGNOL analyse le contexte
( | 07.06.2020 | 330 hits  | 0 R)

  Après la certification « Great place to work » obtenue par DHL Express Cameroun, Ousmanou KOUOTOU le CEO nous explique comment la filiale fait face au
( | 03.06.2020 | 669 hits  | 0 R)

  Congo : «Mai en Afrique» du Dr.Komidor Njimoluh Hamidou présentée aux missions diplomatiques et consulaires
( | 29.05.2020 | 358 hits  | 0 R)

  Que cache la série de kidnappings d´enfants dans le Noun ?
( | 28.05.2020 | 345 hits  | 0 R)

  Mgr Klea a déjà un sérieux concurrent Mgr Klea a déjà un sérieux concurrent
( | 27.05.2020 | 365 hits  | 0 R)

  Le monde post COVID-19, Quels défis pour la diplomatie africaine?
( | 27.05.2020 | 364 hits  | 0 R)

  Je reviens de loin.
( | 26.05.2020 | 467 hits  | 0 R)

  Ramadan-2020: Célébration assombrie par la Covid-19 dans le respect des mesures barrières à Foumban
( | 24.05.2020 | 642 hits  | 0 R)

  Sensibilisation contre le Covid-19 dans le Noun, le sultan roi des Bamoun à la cour d´apparat
( | 23.05.2020 | 727 hits  | 0 R)

  L´imam Ali Mefire Sine, imam principal de la Mosquée centrale N°2 de Yaoundé-Briqueterie, est décédé 23.05.20
( | 23.05.2020 | 520 hits  | 0 R)

  Célébration de l´Aïd El-Fitr: le Sultan roi des Bamoun et le Lamido de Maroua interdisent les prières collectives
( | 22.05.2020 | 375 hits  | 0 R)

  Seidou Mbombo Njoya : «la question de la reprise n’est pas la priorité pour l’instant »
( | 07.05.2020 | 305 hits  | 0 R)

  COVID-19 : déjà 35 cas confirmés dans le département du Noun(Région de l´Ouest)
( | 05.05.2020 | 529 hits  | 0 R)

  Covid-19: Les 19 mesures de Paul Biya pour assouplir, soutenir et soulager les les secteurs durement impactés
( | 30.04.2020 | 473 hits  | 0 R)

  Cameroun-Foumban: De ´´Zaguina´´ à décrocheur au trafic d’ossements humains
( | 30.04.2020 | 376 hits  | 0 R)

  Cameroun-Foumban: De ´´Zaguina´´ à décrocheur au trafic d’ossements humains
( | 25.04.2020 | 1040 hits  | 0 R)

  MESSAGE DU SULTAN-ROI DES BAMOUN AU DEBUT DU MOIS DE RAMADAN 2020, DANS LE CONTEXTE DE LA LUTTE CONTRE LA PROPAGATION DE LA PANDEMIE DU COVID 19 ET DE
( | 25.04.2020 | 555 hits  | 0 R)

  COMMUNIQUE DE PRESSE DU SULTAN ROI DES BAMOUN
( | 03.04.2020 | 962 hits  | 0 R)

  Communique de presse: Le Palais des Rois Bamoun réagit aux élucubrations de NJOYA PEPOUNA Seidou qui se fait appeler "le prince Roi"
( | 02.04.2020 | 833 hits  | 0 R)

  Message de condoléances du Sultan Roi des Bamoun suite au décès de Manu Dibango
( | 25.03.2020 | 998 hits  | 0 R)

  Coronavirus : Nchout Njoya Ajara réagit à sa mise en quarantaine
( | 16.03.2020 | 1030 hits  | 0 R)

  Ces Camerounais d’origine candidats aux municipales en France
( | 16.03.2020 | 1473 hits  | 0 R)

  Le successeur de feu Adamou Ndam Njoya déjà connu
( | 12.03.2020 | 1979 hits  | 0 R)

  Le vibrant hommage de Maurice Kamto à Adamou Ndam Njoya
( | 11.03.2020 | 1117 hits  | 0 R)

  Cameroun:Coopération–La Fecafoot liée à la fédération du Qatar
( | 11.03.2020 | 992 hits  | 0 R)

  Cameroun : ces choses que nous ignorions sur Adamou Ndam Njoya ?
( | 09.03.2020 | 1091 hits  | 0 R)

  Communique de Sa Majesté le Sultan Roi des Bamoun suite au décès du Dr Adamou NDAM NJOYA
( | 09.03.2020 | 1057 hits  | 0 R)

  Zakari Pekekue : «Offrir des occasions de développement des affaires dans le domaine de la finance islamique»
( | 09.03.2020 | 925 hits  | 0 R)

  Adamou Ndam Njoya : le baobab de l’éthique en politique s’est effondré !
( | 07.03.2020 | 993 hits  | 0 R)

  Cameroun: Au nom de la loi qui interdit le cumul de postes, Patricia Ndam Njoya cède son siège de député à Odile Clarisse Jiha Tankoua
( | 01.03.2020 | 955 hits  | 0 R)



   0 |  1 |  2 |  3 |  4 |  5 |  6 |  7 |  8 |  9 |  10 |  11 |  12 |  13 |      ... >|



Royaumebamoun.com
Royaumebamoun.com
Royaumebamoun.com
Royaumebamoun.com
Royaumebamoun.com
Royaumebamoun.com
Royaumebamoun.com
Royaumebamoun.com
Royaumebamoun.com
Royaumebamoun.com
Royaumebamoun.com
Royaumebamoun.com
Royaumebamoun.com
Powered by : CLC-Networks  |   WEB Technology : BN-iCOM by Biangue Networks