Forums   Audios   Vidéos   Downloads   Livre d´or   Contact   Liens   Partenaires   
  Accueil   Actualité   Editorial   Interviews   Histoire   Le royaume   Administration   Communes et As.   Le Nguon   Culture   Littérature   Tourisme   Les Associations   Galeries   VIP   Communauté   Agendas   Annonces   Evénements   Projets   


FOUMBAN AUTREMENT

 
Chronique 1 : Pour une réforme des marchés dans la ville de Foumban


En prélude au double scrutin municipal et législatif du 09 février 2020, J’ai entrepris de proposer à tous ceux qui peuvent s’y reconnaître, une chronique intitulée « Foumban autrement », dont la vocation est d’évoquer et d’explorer objectivement certaines questions essentielles relatives au développement de  cette cité historique, afin que les candidats et électeurs en prennent conscience à toutes fins utiles.

Les questions soulevées ici seront exclusivement en rapport avec le développement de Foumban qui, constitue, de mon point de vue, constitue l’enjeu majeur des élections municipales et législatives qui s’y dérouleront dans les prochains jours. Tout autre sujet substitué à la problématique de développement n’étant que pure diversion.

Pour inaugurer cette chronique, il m’est apparu idoine d’aborder la réforme des marchés dans la cité des arts. L’on peut aisément comprendre que le choix de cette thématique soit motivé par l’incendie qui a cruellement ravagé un pan du vieux marché central de Foumban, dans la nuit du 21 au 22 janvier 2020.
 
Etat des lieux de l’infrastructure marchande à Foumban : vétusté, déficit et crise d’innovation

L’infrastructure marchande dans le périmètre urbain de Foumban se résume à un marché central situé au cœur de la ville, un marché secondaire en face de l’Hôpital de District et des semblants de marchés d’agglomérations dont le plus visible est  celui de Njiloum - Caplanoun. A cela s’ajoute le marché à bétail (Lamouda) à l’entrée sud de la ville, et deux (02) principaux marchés en zone rurale, notamment à Koupa – Matapit et Koundoum (Mamfü).

De toute évidence, trois (03) mots semblent résumer l’état de lieux de dispositif marchand dans la municipalité de Foumban: la vétusté, le déficit et la crise de l’innovation.

En réalité, une vetusté avérée caractérise aujourd’hui le marché central de Foumban, œuvre du salutaire du Sultan - Maire Seidou Njimoluh Njoya, construit en 1958  et non rénové en 24 ans de magistère du Dr Adamou Ndam Njoya qui, en toute logique, aurait dû le faire. Le paysage de cette plateforme commerciale affiche :

Un système obsolète de 350 stands, bâtis en matériaux locaux (briques de terre et bois), aujourd’hui dans un état d’amortissement avancé ;

Un réseau électrique cafouilleux, ne répondant à aucune norme et provoquant des incendies à répétition qui ruinent les commerçants et mettent en péril les vies humaines ;

Un fonctionnement quasi anarchique marqué par l’entremêlement de marchandises de plusieurs secteurs et le débordement des commerces qui envahissent les servitudes internes ainsi que la rue centrale encerclant le marché.

La leçon à tirer de cet environnement est claire : Le marché central de Foumban est, outre sa vetusté, en large débordement de ses capacités. Construit à l’époque où la ville comptait moins de 50 000 habitants, son infrastructure est resté le même et ne peut en conséquence couvrir une population qui est passée à  environ 125 000 habitants en 2020 (Rapport et projections du 3ème RGPH).

Tout aussi vétuste et dominé par les débits de bossions, le marché secondaire en face à l’Hôpital de District de Foumban ne supplée aucunement le marché central dans ses difficultés. Il en est de même du « petit marché » de Njiloum - Caplanoun dépourvu de site propre, et des marchés de Koupa - Matapit et Koundoum qui n’ont pas de réelle infrastructure.

Dans cette configuration, certains quartiers périphériques de Foumban, particulièrement éloignés du marché central, souffrent le martyr. En guise d’illustration, l’habitant de Mambain - Njifofié parcoure une vingtaine de kilomètres pour aller s’acheter des aliments et autres produits élémentaires au centre-ville, à l’instar du sucre, de la farine, du ciment etc.

Ces observations traduisent une véritable crise de l’innovation de la part de l’exécutif communal de Foumban, dans un segment vital et stratégique de ses compétences, du moment où le développement et la gestion des espaces marchands relèvent pleinement des attributions municipales, avec des incidences à la fois sur les revenus de la commune et le bien-être des populations.

Pour une réforme urgente, utile et visionnaire

Une réforme de l’infrastructure marchande s’impose à Foumban, avec pour axes majeurs proposés :

La reconstruction du marché central de Foumban rebaptisé « Marché Central N°1 », qui prendrait la forme d’un immeuble à plusieurs étages aux  normes modernes, garantissant une meilleure exploitation de l’espace et l’aération du centre commercial ;

 La construction de huit (08) marchés secondaires à même de desservir  les agglomérations périphériques de la ville de Foumban, notamment à Njindare (Njofout), Matoumbain (Quartier Haoussa), Njiloum (Mangounshi), Njissé (Gbètepefa), Njimbam (Njimelen), Mambain (Njifofié), Koungâ (Njikassèn) et Foumban II (Actuelle gare routière) ;

La spécialisation de certains marchés de la ville de Foumban ;

Le déplacement des sites et la construction de nouveaux marchés suffisamment spacieux à Koupa - Matapit et Koundoum (les sites actuels, apparemment exigus, seraient convertis en gares routières) ;

La construction du marché à bétail combiné à l’abattoir.

Ce schéma de réforme implique :

La suppression du marché secondaire en face de l’Hôpital de District, dont le site semble davantage se prêter à la construction d’un Cercle Municipal ;

La transformation de l’actuelle gare routière de Foumban en marché, ainsi que le prévoyait entre autres le financement de la Banque Mondiale alloué à la construction de cette plateforme dont l’initiative remonte à l’ex-exécutif municipal dirigé par feu Sultan  Njimoluh Seidou (La gare routière serait progressivement construite sur le site actuel du marché à bétail à l’entrée de la ville) ;

La capitalisation du Centre Commercial Agricole de Foumban dont le Projet de Développement Rural du Mont Mbappit-Phase II (PDRM-II) entreprend la construction à Foumban II au lieudit Kouyibi (Route Foumban-Koupa-Matapit) et l’érection de cette plateforme en « Marché Central N°02).

Le financement de ces investissements serait assuré par des prêts auprès des banques et guichets institutionnels appropriés (FEICOM,  PNDP et autres), ou plus simplement par un mécanisme local de levée de fonds auprès des potentiels attributaires de stands au sein des marchés projetés, dans le cadre d’un contrat de prépaiement de loyer à apurer sur une échéance à convenir. /-

Foumban autrement, bâtir ensemble notre cité.

Alexis MOULIOM NJIVAH



Hits: 123

 DANS LA MEME RUBRIQUE
Hommage au lieutenant Frédéric Njilié Fefen
Soldats et sous-officiers, vous ne vieillirez pas comme nous, nous qui vous avons survécu. Par le Dr Vincent-Sosthène FOUDA président du MCPSD

La Hantise !
L’espoir est comme une étrange chose à plumes qui se penche vers notre âme, chante des chansons sans paroles et ne s’arrête jamais tant que vous dormez. Et dès qu’il s’en va, c’est la hantise, la peur de rien, la peur de tout.

CEREMONIE D’ACCEUIL DU SENATEUR Ibrahim MBOMB NJOYA, SULTAN DES BAMOUN
Il est des moments où les retrouvailles deviennent mémorables, glorieuses, mais aussi émouvantes. Celles de ce samedi 16 juin 2013 sont donc à inscrire dans nos vives mémoires, dans nos annales historiques. En effet, le 8 mai dernier, le Chef de l’Et

NGUON 2014: DISCOURS DU TRONE DE SA MAJESTE LE SULTAN ROI DES BAMOUN
En cette circonstance solennelle, de la 545ème édition de la fête du NGUON 2014, nous levons nos yeux larmoyant de gratitude vers le Très Haut, qui a bien voulu qu’en ce jour, nous nous retrouvions pour exalter cette glorieuse et difficile épopée,

Elite du Mfoundi: Le prix de la déchirure
Les conséquences sont nombreuses à cause de la guéguerre qui caractérise les fils et filles du Noun à Yaoundé.

Ngouon.com : Un partenariat efficace qui concilie la tradition du peuple Bamoun et les TIC
Dans le cadre de nos options prioritaires et stratégiques de transfert positif de la technologie de l’Internet et de promotion d’une image de marque rentable, des valeurs et du potentiel de notre pays,
Le groupe Cameroun Link Communications Network

Royaumebamoun.com est un instrument de communication participative fédérateur de toutes les couches sociales du département du Noun sans distinction.
Six ans après le développement et la mise en ligne du site internet royaumebamoun com.

Les 19 ans de trône du Sultan Ibrahim MBOMBO NJOYA, une trajectoire qu’il faut savoir parcourir
Ce 10 août 2011, le sultan Ibrahim Mbombo Njoya le 19ème Roi des bamoun célèbre le 19ème anniversaire de son accession au trône de N’Chare Yen. Ce jour de l’an 1992, il succéda à son feu père le Sultan NJIMOLUH Seydou NJOYA décédé le 27 juillet de la

Voter c’est un droit et un devoir qu’on exerce et assume en toute responsabilité.
Samedi dernier, la campagne électorale pour la présidentielles du 09 octobre prochain a été lancée sur l’étendue du territoire national et dans la diaspora. Une fois de plus nous sommes appelés à remplir ce devoir citoyen qui concerne et engage l’av

Au-delà des choix politiques, quelle projection peut-on se faire de l’essor économique et social du Noun.
Au lendemain de l’aboutissement du processus électoral du scrutin présidentiel du 09 octobre dernier marqué par la prestation de serment du nouveau président élu le 03 de ce mois de novembre 2011, les discours de remerciement et de prestation de serm

   0 |  1 |      ... >|



Royaumebamoun.com
Royaumebamoun.com
Royaumebamoun.com
Royaumebamoun.com
Royaumebamoun.com
Royaumebamoun.com
Powered by : CLC-Networks  |   WEB Technology : BN-iCOM by Biangue Networks